SysMilan  News  N°1  -  Avril  2006
sécurité - alarmes - détections - géolocalisation
vidéo surveillance - biométrie - accès
Edito

Les récents événements médiatiques ont amené sur le devant de la scène 2 technologies en fort développement :

•  La vidéosurveillance qui peut contribuer à résoudre certains faits malveillants, comme les agressions sur la voie publique,

•  La biométrie à cause des récentes dégradations dont ont fait l'objet ces systèmes.

Les 2 technologies sont perçues aujourd'hui comme une atteinte à la liberté individuelle : la vidéosurveillance nous suit de façon réelle ( vision ), la biométrie nous suit de façon virtuelle ( traçabilité ).

Ces 2 technologies peuvent aussi rendre des services « d'utilité publique », comme la prévention de l'insécurité, qui est elle-même perçue comme une atteinte à la liberté individuelle.

Elles s'intègrent dans un système plus global qui doit proposer des solutions adaptées au besoin du client et aux objectifs recherchés  : ces solutions doivent concilier efficacité, respect des droits fondamentaux et des contraintes environnementales, financières, éthiques.

L' efficacité d'un tel système est intimement liée à l'informatique : toutes les données ( images ou « informations » ) sont enregistrées dans des fichiers qui permettent une identification rapide et sûre, qui doit garantir 2 principes fondamentaux qui sont le confort et la sécurité.

Cependant, la sécurité d'un fichier n'est jamais absolument garantie et les données enregistrées peuvent être utilisées dans d'autres buts que ceux fixés initialement, ce qui constitue un réel danger aux libertés individuelles.

Le garant de ses limites c'est la CNIL, organisme de contrôle, qui est chargé d'appliquer une loi promulguée en 2004 pour prendre en compte les risques liés à l'utilisation de la biométrie .

Nous vous présenterons, tout au long des mois suivants, les informations essentielles pour mieux appréhender ce système et ses limites.

Marco Tirelli
Directeur technique

 

Nous contacter :
info@sysmilan.com
06 82 22 60 90


Sysmilan sur le web :
www.sysmilan.com

 

Des nouvelles de notre sécurité !

Une étude réalisée en septembre 2004 par l'Observatoire de la Sécurité ASSA ABLOY révèle que les chefs d'entreprises, bien que préoccupés par la sécurité de leurs biens ( 80 % ) et de leurs salariés ( 60 % ), ne sont que moins de 50 % à avoir pris des mesures.
L'entreprise qui n'a pas eu de sinistre ne prend pas conscience du risque encouru alors qu'un risque grave est à l'origine de la disparition immédiate d'un tiers des entreprises et d'un autre tiers dans les 5 années qui suivent.

L'enquête révèle que les entreprises ont intérêt à avoir une attitude pro-active plutôt que réactive, en particulier face aux risques de vol.

> voir le sondage

Une enquête similaire a été réalisée en septembre 2005 par M. Tirelli, Directeur Technique de SYS.MI.LAN, dans le cadre de l'Institut des Hautes Etudes de Sécurité ( INHES ) et de la Confédération Générale des PME de l'Essonne, auprès de 462 entreprises sur 11 parcs d'activités des 5 villes de la Communauté d'Agglomération d'Evry Centre Essonne.

Cette étude, qui corrèle les enregistrements officiels au sentiment d'insécurité vécu par les chefs d'entreprise, attend l'accord des autorités compétentes pour être mise à la disposition des Collectivités Locales et être portée à la connaissance des adhérents de la CGPME.

 
La vidéosurveillance sur IP :
L'avenir de la vidéo-surveillance

Elles sont partout. À l'entrée des parkings et des stades, dans les rayons des magasins et au sommet des grues, aux portes des Assedic mais aussi sur les pistes de ski ou dans les crèches branchées. Jadis réservées à la sécurité des réseaux routiers, des banques et des lieux « sensibles », elles permettent dorénavant à tous, PME comprises, de sécuriser à moindre coût des locaux.


Aujourd'hui, une entreprise française sur cinq disposerait de caméras de surveillance et plus de 600 000 nouveaux raccordements seraient enregistrés chaque année. Les solutions de vidéosurveillance sur IP ne représentent encore que 10 % des ventes, mais leur nombre double chaque année.

Les usages de la vidéo-surveillance :

- Dissuader les voleurs,
- surveiller ses stocks ou ses locaux,
- être prévenu en temps réel en cas de problème
- gérer plusieurs sites à distance à partir d'un poste unique.

Un cadre légal à respecter

L'installation d'un système de vidéosurveillance IP (ou analogique d'ailleurs) nécessite une demande préfectorale dès que les caméras filment une partie de la voie publique comme l'entrée d'un immeuble. L'utilisation dans une entreprise ou dans un commerce doit faire l'objet d'une déclaration auprès du comité d'entreprise ou de l'administration. Enfin, il faut impliquer les salariés pour éviter un rejet massif de la technologie.

> voir la fiche technique
> contacter un expert sysmilan

 

Sysmilan dans le journal Le Parisien

Aujourd'hui les nouvelles technologies ( vidéosurveillance, biométrie, gestion des présences, ) posent question non seulement du point de vue technique, mais aussi éthique et juridique.

C'est le cas en particulier de la biométrie qui suscite des passions comme celle qui a récemment porté sur le devant de la scène Gif Sur Yvette, petite ville tranquille de l'Essonne, à l'orée du Parc naturel régional de la vallée de Chevreuse, à mi-chemin entre la ville et la campagne.

Clef du développement scientifique et économique de la région avec le CNRS, le CEA, le CNEF, Supélec et l'université Paris-Sud, Gif a fait l'objet d'un fait divers médiatique : la destruction d'un système biométrique installé dans la cantine d'un Lycée.

A-t-on choisi Gif Sur Yvette parce qu'elle représente le pôle scientifique de la région ? Pourquoi a-t-on visé une cantine scolaire ? Quel symbole a-t-on voulu atteindre ? Pourquoi tant des passions ?

Le journal « Le Parisien » a eu la primauté des confidences des auteurs de cette dégradation.

Pour mieux comprendre les enjeux technologiques de la biométrie, les journalistes ont rencontré le Directeur Technique de SYS.MI.LAN, société spécialisée dans les nouvelles technologies appliquées à la sécurité, comme la vidéosurveillance, le contrôle d'accès, les moyens électroniques et physiques.

M. Tirelli, mandaté pour la sécurité par la Confédération Générale des PME de l'Essonne, et en liaison avec l'Institut National des Télécommunications pour les nouvelles technologies, a accepté de donner son point de vue sur ce domaine d'actualité.

> voir l'article