SYS.MI.LAN News  N°4 -  Octobre  2006
sécurité - alarmes - détections - géolocalisation
vidéo surveillance - biométrie - accès - automatismes
Edito

La société TICE , du groupe Keolis, premier opérateur privé de transport public de voyageurs, a confié à SYS.MI.LAN le projet du contrôle d'accès par reconnaissance optique de son site de Bondoufle (Essonne).

La reconnaissance optique utilise les techniques de la reconstruction tridimensionnelle, déjà largement utilisées dans le domaine médical et industriel (vision artificielle et reconnaissance d'image). Les applications sont tellement nombreuses qu'elles méritent un développement spécifique. Elles vont du simple contrôle d'accès jusqu'à la traçabilité logistique en passant par la vidéosurveillance. La rentabilité de l'installation est ainsi augmentée.

La reconnaissance optique n'est pas un système « fermé » : elle peut être greffée sur les automatismes existants et être mise en réseau, permettant ainsi la gestion centralisée de sites dispersés. Elle peut être intégrée dans une architecture de gestion d'accès et assurer une double sécurité contre les vols, les pertes, les échanges de badge ou télécommandes, ainsi qu' une traçabilité optimale.

SYS.MI .LAN assure non seulement la veille technologique, mais aussi la veille normative, à savoir la réglementation et les autorisations à demander aux autorités compétentes, comme la CNIL, la Préfecture.

Cest la raison pour laquelle à côté d'informations techniques, nous développons aussi les thématiques règlementaires, en commençant par l'assurance décennale, que chaque installateur doit présenter à ses clients.

Marco Tirelli
Directeur technique

 

Nous contacter :
info@sysmilan.com
06 82 22 60 90

Sysmilan sur le web :
www.sysmilan.com

Nos anciennes news :
News N1 - Avril 2006
News N2 - Mai 2006
News N3 - Juin 2006

Si vous ne désirez plus recevoir cette newsletter, cliquez ici



La garantie décennale :
une obligation légale pour votre protection

Les installateurs de systèmes de sécurité et de contrôle d'accès ont des obligations légales vis-à-vis de leurs clients, même quand ils recourent à la sous-traitance.

Ils doivent non seulement produire une assurance professionnelle, mais aussi une assurance décennale qui non seulement garantit l'ouvrage pendant un délai de dix ans, mais prémunit contre le risque d'in solvabilité de l'entreprise et garantit que les travaux sont réalisés selon les normes du bâtiment et les normes françaises.

La «décennale» oblige l'entrepreneur à réparer pendant un an tous les désordres signalés lors de la réception, donne une garantie de bon fonctionnement d'une durée minimale de deux ans, garantit contre tous les dommages, y compris ceux provenant d'un vice du sol, qui compromettent la solidité de l'ouvrage, affectent la solidité d'un de ses éléments d'équipement indissociables, rendant l'ouvrage impropre à sa destination.

> en savoir plus

 

La Bonne focale

Nous avons vu comment choisir une caméra de vidéosurveillance (numéro 1), comment l'image se forme et comment choisir un objectif (numéro 2). Nous pourrions ainsi penser qu'il est facile de trouver la bonne focale, c'est-à-dire le point où la mise au point de l'image est parfaite.

Il est toutefois indispensable de voir la différence entre deux notions qui sont utilisées alternativement par les installateurs et qui suscitent souvent des interrogations latentes chez le client : l'angle de vue et la focale.

La focale définit de façon précise l'objectif optimal mais ne «parle» pas aux non-initiés, l'angle de vue est facilement compréhensible par le client mais ne permet pas de choisir le bon objectif. Ces deux paramètres sont liés mais leur relation n'est pas si immédiate.

> en savoir plus

 

La lecture automatique
des plaques minéralogiques

Les scanners utilisés par la plupart d'entre nous utilisent la reconnaissance optique de caractères (OCR, de l'anglais «Optical Character Recognition») pour reproduire des documents.

Cette technique, née à la fin des années 1950, apparaissait très simple aux premiers pionniers informatiques. Il a fallu néanmoins presque 50 ans pour que cette technique connaisse le succès actuel. Nous constatons que la reconnaissance des caractères n'est pas aussi précise que celle obtenue par l'oeil. Exactement comme la caméra il y a toujours des limites par rapport à l'être hummain.

En effet l'être humain utilise simultanément la reconnaissance, la compréhension du texte, la mémorisation, l' analyse critique.

Cela n'empêche pas toutefois de coupler la caméra avec la reconnaissance des caractères pour donner naissance à la lecture automatique des plaques d'immatriculation.

Ces systèmes ne sont pas sûrs à 100 %, mais les progrès sont tels que ces systèmes sont utilisés courramment pour les paiements autoroutiers, par les radars, pour l'accès aux sites sécurisés, pour l'enregistrement des véhicules passant au rouge, le suivi des trajectoires des véhicules,

Ils peuvent même lire en temps réel, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 une plaque minéralogique par seconde sur des voitures roulant jusqu'à 200 km/h, être utilisés en réseau et exploités pour la vidéosurveillance.

> en savoir plus