SYS.MI.LAN News  N°6 -  Juin  2007
sécurité - alarmes - détections - géolocalisation
vidéo surveillance - biométrie - accès - automatismes

Edito

Pour notre sécurité nous disposons de l’anti-intrusion et de la vidéosurveillance. Tout naturellement nous aimerions avoir la vidéo mais souvent nous devons nous contenter de l’anti-intrusion.

Pourquoi sommes-nous attirés par la vidéo? Pourquoi avons-nous une préférence pour la couleur? Pourquoi souhaiterions-nous avoir à la fois la vidéo et l’anti-intrusion?

La réponse se trouve au niveau du cerveau qui dispose des 2 dispositifs à la fois, la vidéo en couleur (œil) et l’anti-intrusion (ouïe) :

  • L’anti-intrusion ne voit pas mais «écoute» les variations de l’environnement. La centrale est à la fois le cœur et le cerveau du système, et les détecteurs en sont les oreilles.
  • La vidéosurveillance n’écoute pas mais «voit» les différences. L’enregistreur est à la fois le cœur et le cerveau du système, et la caméra en est l’œil.

Dans la majorité des cas les «oreilles» suffisent, mais parfois des yeux sont nécessaires. Qu’il s’agisse d’anti-intrusion ou de vidéo, comme nous, ces systèmes ont des limites «technologiques».

Marco Tirelli
Directeur technique

Nous contacter :
info@sysmilan.com
06 82 22 60 90

Sysmilan sur le web :
http://www.sysmilan.com/

Nos anciennes news :
News N°1 - Avril 2006
News N°2 - Mai 2006
News N°3 - Juin 2006
News N°4 - Octobre 2006
News N°5 - Février 2007


 

Système anti-intrusion

Le numéro de mai 2006 a présenté les précautions à prendre avant d’installer un système électronique d’anti-intrusion. Une fois l’investissement décidé, nous devons prendre en compte le degré du risque auquel nos biens sont exposés, nos objectifs et nos contraintes.

Bien évidement le besoin de protéger notre maison n’est pas le même que celui pour une banque, un musée, une bijouterie. Il en est de même pour le type d’habitation (pavillon ou appartement), de l’environnement (campagne ou ville), de notre état d’esprit (soucieux ou tranquille), de nos habitudes (casanier ou voyageur).

Dans une activité commerciale, par exemple, les risques sont presque exclusivement présents pendant la fermeture, alors que dans une maison nous souhaitons nous protéger même la nuit, quand nous sommes seuls à la maison.

La technologie moderne nous fournit des systèmes qui répondent à toutes nos exigences en termes de sécurité et fiabilité, pouvant gérer aussi l’anti-incendie (fumée, température, ....).

Pour être sur d’avoir un système économiquement et techniquement efficace, il faut faire confiance aux professionnels qui connaissent bien toutes les problématiques du monde sécuritaire.

Pour mieux comprendre la proposition de l’installateur, nous vous présentons les principaux éléments qui composent le système anti-intrusion.

> en savoir plus






Quelle protection électronique

Cet investissement doit être réfléchi et analysé mais le choix est difficile car il existe une pléthore de dispositifs, de marques, de technologies, de magasins, …. d’installateurs.

Nous n’avons pas la prétention de conseiller un dispositif, une technologie, une marque, un magasin, et encore moins un installateur.

La protection électronique, comme un vêtement sur mesure, doit être adaptée à l’environnement, aux objectifs personnels, à la disposition des locaux, …. Une protection à outrance n’est pas la meilleure solution : inadaptée aux besoins réels, elle peut avoir l’effet inverse, c’est-à-dire attirer l’attention des personnes malveillantes.

Notre sécurité, celle de nos proches et de nos biens, mérite une attention toute particulière : «ce n’est pas ce qui coûte le moins cher, qui revient le moins cher». Un système anti-intrusion efficace doit dissuader les convoitises sans être source d’angoisse pour les propriétaires.

Si le cœur d’un système anti-intrusion est la centrale, d’autres éléments importants constituent le bouclier périphérique (avant-garde) :

  • contacts ou détecteurs d’ouverture pour portes, fenêtres, … (premier niveau)
  • détecteurs de mouvement ou volumétriques pour pièces, plafonds, rideaux, couloirs, … (deuxième niveau).

Contrairement aux contacts (éléments passifs), les détecteurs (éléments actifs) obéissent au même principe physique (ondes électromagnétiques) mais selon différents aspects, chacun ayant des avantages mais aussi des inconvénients.

> en savoir plus

 
 

Oeil et objectif

La caméra est un «système» analogue à l’œil humain : il est à la fois un instrument d’optique (objectif) et un capteur (CCD) qui reçoit la lumière émise ou réfléchie par les objets et la transforme en une «image mentale » (vue).

En regardant de près, l’œil est une «caméra naturelle» assez médiocre par rapport aux caméras modernes mais il a des performances étonnantes car l’homme au cours du temps a mis au point des solutions techniques pour dépasser ses limites «naturelles» (voir astronomie, microbiologie, vidéosurveillance, …).

Quand nous fixons un point, notre angle de vision est très limité (1,5°) et notre acuité diminue rapidement jusqu’à devenir très médiocre. Nous compensons cette insuffisance par une très grande mobilité de l’œil qui peut explorer les diverses parties du sujet devant nous.

Le cerveau mémorise tous ces résultats et reconstruit, avec les informations qu’il reçoit, une «image mentale» exploitable. Les recherches ont montré qu’un œil normal peut au mieux séparer des détails de 3,3 cm à 100 m à condition que les points soient très contrastés par rapport au fond, ce qui n’est presque jamais le cas au quotidien. Par ailleurs, nous savons tous que ce «pouvoir séparateur» diminue avec la fatigue, les pathologies, l’âge (passé 40 ans chacun est affligé de «presbytie» qui empêche l’accommodation).

Nous possédons deux yeux qui ne voient jamais de la même façon : il y a toujours un œil «directeur». Grace à celui-ci et à la vision en relief, notre cerveau corrige les défauts de vision d’un œil en utilisant l’autre et sait avec certitude quel objet il voit.

La caméra n’est pas un dispositif «intelligent» et ne peut pas compenser d’elle-même toutes ces distorsions. Elle est donc tributaire des différents paramètres physiques et optiques qu’il faut maîtriser pour obtenir une «image» exploitable.

> en savoir plus

 


Digitalisation et résolution

Nous vivons à présent dans l'ère de l'image, du traitement numérique du signal, des télécommunications et nous avons l’impression que ces techniques, utilisées depuis plus de 30 ans pour manipuler, corriger et ré-hausser les images numériques, sont banales.

Le domaine de recherche du traitement numérique des images ne cesse de croître car il concerne la transmission et la reproduction de photographies, la restauration de photos ou films anciens, l'analyse de photos aériennes ou satellitaires, l'imagerie médicale, la vision robotisée, la reconnaissance automatique de l'écriture, la détection de défauts dans des composants industriels, etc.

Sans les progrès réalisés dans le traitement numérique, une grande partie des images reproduites ou retransmises seraient de piètre qualité car toutes les images présentent des imperfections (bruit), dues au CCD (détecteur à couplage de charge) qui est un composant électronique.

Avant d’exploiter ces images, nous devons les débruiter, c'est-à-dire les nettoyer pour ensuite, à l’aide d’algorithmes mathématiques, définir leurs contours, les «digitaliser» ou les «segmenter».

Les algorithmes travaillent sur chaque niveau de gris de l'image en N&B et le codifient sous forme numérique. Nous savons tous que la compression des images au delà d’une limite certaine altère leur qualité, en particulier leur définition.

L’explication de cette altération se trouve dans la digitalisation.

> en savoir plus

 

 

 

 

 

Vous recevez cet eMail dans un cadre professionnel car vous êtes recensé dans le fichier de la société SYS.MI.LAN, enregistré à la CNIL sous le numéro 116181 le 11 avril 2006.
SYS.MI.LAN SARL - 26 rue Constant Troyon - 91140 Villebon Sur Yvette - France - RCS EVRY 481 653 996


Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Si vous pensez qu'il s'agit d'une erreur, ou si vous souhaitez vous désabonner cliquer ici.

Venez nous rencontrer pour solutionner vos besoins de sécurité !